Mots-clefs

, , , ,

Les sites communautaires ont radicalement bouleversé la manière dont nous consommons l’information mais aussi la façon de nous rencontrer, de partager et d’échanger les avis, conseils et fichiers sur le Net. Pour s’inscrire à ces réseaux il est indispensable que nous fournissions certains renseignements. C’est ainsi que nous laissons des informations personnelles parfois préjudiciables, faciles à réunir et difficiles à faire disparaître. Les réseaux sociaux sont donc un couteau à double tranchant que nous devons manier avec délicatesse. Alors comment assurer de façon professionnelle sa présence sur le web et tirer profit de cet outil de communication ?

minimal_social_media_icons__psd__by_softarea-d5c0f60

Les sites communautaires ou encore réseaux sociaux sont des plateformes comme Facebook, Google+, MySpace, Twitter, LinkedIn, Orkut, iGoogle, Twoo,Hi5, Viadeo, Badoo, You Tube, Flickr pour ne citer que ceux-là. Ces plateformes sont les conséquences de l’évolution du Web en Web 2.0, marquée par une augmentation de l’interactivité et une grande participation des internautes. L’un des aspects les plus intéressants de cette nouvelle ère du web est justement la création de véritables communautés virtuelles, sous formes de sites communautaires. Le premier en nombre de connectés est sans conteste Facebook (le nom du site s’inspire des albums photo (« trombinoscopes » ou « Facebook » en anglais) regroupant les photos des visages de tous les élèves, prises en début d’année universitaire). Ce site qui a vu le jour à l’université Harvard en 2004 comptait plus d’un milliards d’inscrit actifs en Octobre 2012 selon une annonce faite par Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook. Alexa Internet classe Facebook comme le site le plus visité du monde, devant Google en 2013. Le phénomène Facebook a gagné la planète entière si bien que certains disent que : « Celui qui n’est pas sur Facebook, n’existe pas sur internet ».

Nombre d’entre vous qui parcourez ces lignes possèdent un compte Facebook. Au Burkina Faso le site Socialbakers indiquait en mars 2013 que 142 240 burkinabè soit 61,69% de la population «  On line » sont connectés au réseau Facebook. Alors comment communiquer de façon non préjudiciable sur ces plateformes sociales ?

Des informations accessibles au monde

La plupart des membres de ces plateformes virtuelles sus mentionnées ne trichent pas sur leur profil, et cette sincérité peut leur porter préjudice car les informations sont consultables par n’importe qui parmi vos réseaux d’amis. Un compte sur Facebook en plus des cordonnées (Nom, prénoms), des photos, fait état des goûts musicaux, cinématographique, votre appartenance religieuse, mais aussi des amis virtuels et toutes sortes de détails concernant l’utilisateur.

Corso-Social-Media- artc

Le problème repose maintenant et surtout dans les modifications et la suppression de ces données personnelles. Pour ceux qui l’ignorent toujours, vous ne pouvez pas supprimer définitivement des informations publiées sur internet. Des outils comme The Wayback Machine, logiciel en ligne qui archive le web depuis 1996, permettent d’exhumer des tréfonds du réseau de ce genre de données. Ainsi, la page ou le blog que l’on avait créé à 15 ans et intitulés « Bad boy 35 », les photos insolites ou sexy publiées et pourtant effacés depuis un moment, peut y apparaître en deux clics. Sur internet, le « droit à l’oubli » n’existe pas. C’est ainsi que Barak Obama, répondant à une question à savoir « Comment fait-on pour devenir Président des Etats Unis d’Amérique ? » qui lui a été posée lors du Forum des jeunes leaders aux USA  en Août 2010 a dit ceci : « Pour être Président des USA, il faut commencer à ne pas publier du n’importe quoi sur Facebook. »

En effet, des candidats à des postes d’emploi ont été éliminés suite à leur mauvaise utilisation du web de par le passé. Des hommes politiques en ont aussi payé les frais de ce mauvais usage. «  To google somebody » est devenu un procédé usité par certaines structures ou personnes pour fouiller dans le passé numérique d’un individu. Le moteur de recherche Spock y est spécialiste dans la récupération des données disséminées sur le Net concernant une personne. Mais il n’en demeure pas moins que les réseaux sociaux constituent de très bons outils de communication, de promotion, de recherche d’emploi, d’information, d’échanges professionnels et même de business. Les témoignages sur les points bénéfiques des réseaux sociaux sont aussi légions. Il ne faut donc pas se priver des avantages de ces nouveaux outils de communication. Cependant éviter de publier des informations trop privées, des images délirantes. Soyez courtois et raisonnables dans vos publications.

En somme, le Web 2.0 constitue une évolution de l’internet, devenu un média et un outil incontournable de notre vie quotidienne. Il faut tout de même garder à l’esprit que nos données personnelles y sont facilement accessible et altérables. Pour lutter contre ce problème, la vigilance et la prudence restent donc nos meilleures armes.

Pour savoir comment booster la notoriété et le champ d’opération de votre entreprise, inscrivez vous à la formation que nous organisons sur les Nouveaux médias le 28 Novembre.

A lire aussi:

Cybercriminalité : éviter d’être victime des pirates informatiques

Publicités